La thérapie d'orientation analytique

La thérapie d’orientation analytique est un type de psychothérapie qui se base sur les théories psychanalytiques sans être à proprement parler une psychanalyse.

 

Une analyse s’effectue à raison de deux ou trois fois par semaine, le patient étant allongé sur un divan. Une thérapie d’orientation analytique s’effectue une fois par semaine, et le patient est assis face au psychologue.

 

Ce type de thérapie vise à nous faire prendre conscience de notre fonctionnement psychique, des mécanismes inconscients qui nous régissent, et ainsi de défaire des "nœuds" qui ont pu se former dans notre esprit, au travers de l’exploration des différentes associations qui ont pu se faire entre des idées, représentations, souvenirs et émotions. 


Les règles

La règle d'association libre

Durant la séance, le patient est invité à dire tout ce qui lui passe par la tête, d’énoncer les idées, impressions, sensations, rêves ou souvenirs comme ils viennent, sans égard à la continuité logique ou non de ses propos ou de la qualité morale de ceux-ci.

Pourquoi ?

Que ce soit par le biais de recherches philosophiques, psychologiques ou en sciences cognitives, il a été montré que l’esprit, le cerveau, associe des représentations, des souvenirs, des impressions sensorielles et des affects entre eux. Ainsi une odeur peut rappeler un souvenir, une idée en amène une autre, une émotion l’image d’une personne. La psychanalyse part de cette observation afin de s’en servir comme outil pour tenter de comprendre comment notre esprit s’est organisé et pouvoir avoir plus facilement accès à l’inconscient (proche de l’idée d’automatismes en neurosciences). 

Le paiement

Toute séance qui n’a pas été annulée par le patient au moins une semaine à l’avance est due, quel que soit le motif. En cas d’empêchement pour se rendre à son rendez-vous habituel, le patient pourra essayer de trouver avec le psychologue un horaire différent qui puisse convenir à chacun. 

Pourquoi ?

Le psychologue consacre un créneau hebdomadaire à son patient. C’est un temps qui lui est dédié, et c’est pour ainsi dire "sa" séance. Une annulation de dernière minute ne doit pas venir empêcher la continuité de ce temps et ce lieu de présence qui appartiennent au patient, le paiement de la séance tardivement annulée fait ainsi office d’outil de continuité thérapeutique.